Résumé (éditeur) :

Bonne nouvelle : l’homme idéal existe ! Il ne parle pas : il jase. Il n’embrasse pas : il frenche. Il ne se déshabille pas : il se criss à poèlle. Vous l’aurez deviné : il est Québécois. Diane Ducret rhabille le mythe du Prince Charmant. L’homme idéal ? Satisfaite ou remboursée !

Mon avis :

J’ai été immédiatement attirée par le titre accrocheur de ce roman. De Diane Ducret, je ne connaissais que ses ouvrages documentaires (La chair interdite, Femmes de dictateurs). Je ne savais pas qu’elle écrivait aussi des romans.

Enfin, ce roman écrit à la première personne relève plutôt du récit autobiographique. Diane Ducret raconte comment elle s’est retrouvée dans un avion pour le Québec après avoir rencontré un homme avec un accent charmant, partant à la chasse du Prince Charmant qui n’est donc pas français mais québécois. Elle commence par un bref retour en arrière sur son passé amoureux pour nous expliquer pourquoi elle a décidé de mettre les pieds au pays de l’érable et de la poutine. Ce retour dans le passé m’a beaucoup fait rire.

Le récit de son aventure est savoureux et hilarant. Diane Ducret a un sens de l’humour assez décapant dans toutes les situations. Les quiproquos dus aux problèmes de traductions des expressions québécoises par rapport aux expressions françaises sont à mourir de rire. Il faut bien reconnaître que leur langage est assez imagé. J’ai beaucoup ri avec cette citation :

« Je crois que je vais tomber dans les pommes.

-Ca veut dire quoi chez toi?

– Que je vais m’évanouir.

-Ah, super, comme chez nous! »

Tandis que je me réjouis d’enfin trouver une expression en commun, lui devient blanc comme un linge »

Diane Ducret nous fait vivre toutes les situations dans lesquelles on peut se retrouver lorsqu’on entame une nouvelle relation amoureuse. Elle évoque tous les questionnements et interrogations que l’on peut avoir au tout début d’une relation avec beaucoup d’autodérision et  un regard lucide mais drôle sur les relations hommes-femmes :

« Quand je pense aux efforts que nous faisons quotidiennement - que dis-je, constamment - pour avoir le cheveu propre et lisse , le poil épilé , et mener une guerre perdue d'avance contre les capitons , quand ce n'est pas encore contre les rides , et eux , ils dorment , se lèvent , et c'est à peu près tout ... »

J’ai beaucoup aimé ce mélange d’humour et de lucidité sur les relations amoureuses, sur les questions qu’une jeune femme autour de la trentaine se pose, sur le comportement des hommes en général .

L’homme idéal existe, il est québécois est une comédie romantique tendre, française pour une fois notons-le, pleine d’humour et de fraîcheur qui évite l’écueil de la guimauve avec brio et qui m’a fait passé un très très bon moment de lecture.