Editeur : Mosaïc

369 pages

Résumé éditeur :

Les filles sont faites pour se marier …

Les Noirs et les Blancs ne doivent pas se mélanger …

Une fille ne doit pas embrasser une autre fille…

Linda ne doit pas aimer Sarah.

1959, en Virginie. C’est l’histoire de deux filles qui croient qu’elles se détestent – parce qu’elles n’ont pas la même couleur de peau et qu’elles ne sont pas nées du même côté.

C’est l’histoire de Sarah et Linda qui croient qu’elles se détestent … mais c’est aussi l’histoire de l’année où tout va changer – parce que les mensonges des uns et des autres vont voler en éclats et que les vies, les cœurs de Sarah et Linda vont s’en trouver bouleversés pour toujours …

Mon avis :

Le point de départ de ce roman est un fait historique : en 1959, 17 jeunes Afro-américains ont été autorisés, suite à une action en justice, à être scolarisés dans un lycée jusque là réservé uniquement aux Blancs. La ségrégation à cette époque était des plus virulentes et toute tentative d’intégration était suivie de représailles bien souvent violentes à l’encontre des gens de couleur.

L’auteure a basé son intrigue sur le premier jour d’école de ces dix-sept jeunes gens. L’accueil qui leur est fait est très dur et très violent : coups, crachats, insultes … rien ne leur est épargné. Et pourtant, ils s’accrochent. Avec courage et détermination, ils font comme si tout était normal. Ils ont été prévenus. A la moindre incartade, même s’ils sont victimes, ils n’ont pas le droit de se plaindre sous peine d’être renvoyés.

Dans ce roman, on a plusieurs points de vue qui s’alternent : Sarah, une jeune afro-américaine brilllante et têtue et Linda, populaire au lycée et fille d’un directeur de journal connu et totalement raciste. Chacune a sur l’autre des idées arrêtées, des a priori et surtout une peur et une animosité envers l’autre, inculquées par leurs familles. Elles croient tout savoir l’une sur l’autre et pourtant, dès leur rencontre, leurs certitudes vacillent : oui, certains Blancs peuvent être humains et oui, les Noirs se sont pas aussi stupides que les adultes le disent …

Certains passages sont violents et parfois un peu choquants mais ils ne font que raconter ce qui est vraiment arrivé dans ces années-là aux Etats-Unis, à savoir le harcèlement et la violence envers les Afro-américains. Ces dix-sept adolescents font preuve d’une force de caractère et d’un courage que peu de personnes auraient, en particulier Sarah et sa petite sœur. Mais Linda accomplit aussi un acte d’une grande importance : remettre en question tout ce que son père lui a répété durant des années pour se faire sa propre idée et affirmer son opinion.

Ce roman aborde le thème du racisme, de la ségrégation mais aussi celui de l’amitié, de la découverte de l’autre et, de manière plus légère, celui de l’homosexualité. L’écriture est d’une grande qualité. Les pages se tournent très rapidement, l’alternance des points de vue donne du rythme et permet de mieux comprendre les deux héroïnes. A aucun moment l’auteure ne tombe dans le voyeurisme ou dans le discours de propagande. Elle ne contente de raconter  un fait réel tel qu’il s’est déroulé, en y ajoutant un peu de fiction, avec justesse et émotion.

Un bon roman pour adolescents qui parle du racisme aux Etats-Unis, sujet parfois méconnu mais qu’il ne faut pas oublier, et qui malheureusement fait encore partie de l'actualité aux Etats-Unis